Logo de l’Alliance autochtone du Québec

Idée : Kermot Moore
Graphisme : Donn St-Germain
Couleurs : Christian Assiniwi

Voici des extraits d’un texte de Christian Assiniwi, décrivant l’œuvre de Donn St-Germain, dans un hommage qu’il lui rendit après son décès :

« En 1982, il (Donn) entretient une correspondance régulière avec les représentants de l'Alliance autochtone du Québec. S'inspirant du logo aux formes géométriques de l'Alliance, qu'avait créé son fondateur Kermot Moore, il dessine cette oeuvre dont il fait cadeau à l'Alliance. Aux formes fluides, les éléments qui la composent signifient : l'aigle pour les forces et ressources de l'air; le poisson pour celles de l'eau; l'arbre pour celles de la terre; la lune pour la nuit; les rayons du soleil (à l'intérieur de l'aigle) pour le jour; la plume pour la spiritualité, le tout uni par le cercle de la vie.

Le graphisme plut tellement à Kermot Moore, qu'il en parraine l'adoption comme logo officiel de l'Alliance par l'Assemblée annuelle de 1983.

Lors d'un incident de prise d'otage au Centre de détention à sécurité maximale¸de Willhaven, Donn St-Germain perdit la vie.

En colorant cette pièce à la demande de l'Alliance, j'ai voulu porter hommage à ce frère talentueux avec qui la chance n'a jamais marché.

Donn! Madjachi-in (meilleure nuit)

Christian Assiniwi, Hull le 15 août 1986 »

Toute œuvre artistique digne de ce nom porte souvent plus de significations et de symboles que ne l’avait imaginé son concepteur au départ. Aussi, chaque personne qui l’admire peut y ajouter les éléments qui lui parlent et qui ont une signification pour elle.

Ainsi, dans le logo de l’Alliance autochtone du Québec, des gens y voient aussi :

  • la lette « Q » pour « Québec » faite du cercle – qui représente aussi le cercle d’influence ou la roue médicinale – symboles omniprésents dans la culture et la spiritualité autochtones et de la plume pointant vers le bas;
  • cette plume pointant vers le bas peut aussi être vue comme deux plumes pointant vers le bas – symbole du guerrier pacifique, du guerrier de l’âme, du guerrier se consacrant à la défense de la femme portant l’eau, celle qui donne la vie;
  • quelques personnes ont cru que ce « Q » était une loupe nous permettant de mieux voir certains éléments composant la tradition et la culture autochtones, alors que d’autres y voient plutôt la représentation d’éléments sexuels, féminin et masculin, de la création de la vie, soit l’ovule et le pénis;
  • l’aigle regarde le Soleil auquel il communique les prières qu’il est venu chercher sur la Mère-Terre, auprès des Anishinabeg, pour les transmettre au Créateur en leur nom;
  • sur le poisson, certains voient la réflexion du Soleil, mais d’autres y voient plutôt la réflexion de la Lune, dans son élément liquide, l’eau, alors qu’elle se reflète sur le poisson nageant dans la nuit;
  • l’arbre, autrefois noir mais maintenant vert depuis la fin 2012, représente aussi la végétation qui reçoit sa nourriture directement de l’énergie du Soleil (représentant ici le Créateur) qui nous la transmet ensuite dans la nourriture que nous absorbons dans les plantes et les animaux que nous mangeons;
  • le dos de l’aigle ressemble étrangement à une carapace de tortue, symbole de l’Amérique du Nord, appelée « Île de la tortue » chez les Autochtones, avec le symbole métis stylisé de couleur jaune – le 8 à l’horizontale représentant deux peuples qui s’unissent;
  • également depuis la fin de 2012, le ciel bleu opaque original a été modifié par un dégradé plus près de la réalité.

Quoi qu’il en soit, vous êtes tout à fait libre d’y voir ce qui vous plaît.
Plus une œuvre possède de significations, plus elle vous parlera.
N’est-ce pas ce qui fait la vraie richesse d’une œuvre d’art?